Descriptif

Le cimetière de Gênes-Staglieno est sans doute le plus beau du monde.Ici plus qu’ailleurs, le tombeau, ultime étape du rite de passage dans l’au-delà, humblement anonyme ou somptueusement élaboré par un sculpteur, nous donne des indications sur l’état des mentalités et sur l’art d’une époque ; il nous transmet aussi des émotions qui franchissent les barrières du temps, gravées dans la pierre, le bronze, le marbre.Le temps a déposé, dans ces allées à demi-couvertes, où s’amoncellent les sépultures, une patine parfois épaisse de poussière et d’oubli, comme une cité fantomatique, théâtrale, une Pompéi funèbre que seules des mains anonymes fleurissent chaque année à la date convenue du souvenir.Les moyens modernes de la photo numérique permettent aujourd’hui de fixer, de réinterpréter l’émotion dégagée par ce lieu, pour nous la rendre encore plus proche. Il n’y a nulle volonté de profaner le silence de la mort.

Ouvrage(s) du même auteur

1914-1918 Jacques Rivière, André Gide, Alain-Fournier - Trois écrivains dans la guerre
Une lecture Théo Van Rysselberghe 1903
Andre Gide Léon Blum, une étrange rencontre 1888-1930
Andre Gide Saint John Perse, une rencontre insolite 1902-1914
L'esprit de Pontigny