Descriptif

Si l’amour est un excès, il se donne à comprendre comme extase, décentrement ou aliénation. Le Mot prend sa revanche sur le carcan alphabétique et se retrouve, errant en toute liberté, par les chemins d’un atlas singulier : un lexique.

Jeté hors de soi, on n’est plus soi-même et à soi-même, car on cherche à être en l’aimé et pas seulement auprès de lui ; on désire être l’aimé au lieu de simplement lui appartenir. Le discours de l’amour a confié à la poésie le soin de décrire ces élancements. C’est pourquoi, en vue de la configuration des divers types de l’extase amoureuse (extase simple, union synthétique, transmanence, inter-immanence, engravement, hospitalité, incarcération…), l’auteur a convoqué des poètes de plusieurs aires culturelles, le tout étant placé sous l’égide de Shakespeare et de Louise Labé auxquels deux chapitres sont consacrés.
Cet essai abrite également des prolongements, des recherches de l’auteur sur l’amour pur et la nodalisation.

Ouvrage(s) du même auteur

L'ange, le mal et la contingence
Matrix, Marx et le Messie
Empédocle, Qohélet, Bar Hebraeus
Messianités
le vin éternel sur Ibn Aal-farid
Un bruit d'avoir été sur Qohelet
liberté humaine et divine ironie
Barbey d'Aurevilly et Schelling
rupture-d-identite-et-roman-familial
L’art comme autobiographie de la subjectivité absolue