Descriptif

En règle générale, pour les individus qui naissent, prennent le chemin de l’école, se socialisent et cherchent un travail dans le même milieu social que leur famille et dans le même État souverain dont ils sont citoyens à part entière, un mode de vie stable, pour les hommes du moins, se construit grâce au travail, au logement et à l’entourage familial. à partir d’un certain âge, entre trente et quarante ans, les individus estiment qu’ils occupent un métier pour le restant de leur vie. En revanche, les migrants qui « saisissent » plusieurs sols et vivent des trajectoires multiples, font souvent face à une nouvelle socialisation, à un recommencement de vie à zéro, étape que nous qualifions de quatrième socialisation, pour rester fidèle à la chronologie des trois socialisations générales : primaire (famille), secondaire (école et éducation), tertiaire (division du travail et emploi) ; cette quatrième socialisation place les migrants dans un registre bien différent de celui des indigènes.

Ouvrage(s) du même auteur

une société autour de l'étranger est-t-elle possible ?
Les Iraniens en France - Sociohistoire d’une diaspora depuis le XIXe siècle
Mémoire d’un parcours migratoire