image 1
image 2
image 3
image 4
image 5
image 6
image 7
image 8

Françoise Maffre Castellani

 

« Viens, nous partons pour notre peuple ! » Ces sont les mots, célèbres entre tous, qu’Édith Stein dit à sa sœur Rosa quand la Gestapo vint les arracher au monastère d’Echt aux Pays-Bas, où elle avait dû se réfugier après la Nuit de cristal.
Le livre de Françoise Maffre Castellani est un commentaire, étayé sur de multiples exemples, de la détermination « grave et sereine » d’Édith Stein, cette philosophe juive allemande, entrée au Carmel et assassinée à Auschwitz. L’auteur la présente à travers ses livres les plus importants: durant ses premières années, vécues avec une grande liberté et une non moins grande exigence intellectuelle, sans oublier ses amours déçues de jeunesse, puis en tant que « philosophe de la liberté », enfin comme mystique chrétienne, à la hauteur d’une Thérèse d’Avila. L’accent porte sur l’extraordinaire revendication de liberté chez cette femme étonnante à plus d’un titre, dont il est expliqué pourquoi on peut la considérer comme une féministe, avant l’heure.
Témoin de la Shoah, femme de courage et de cœur, écrivain remarquable, le portrait qui nous en est présenté, captive et retient l’attention, d’autant qu’il n’est pas dépourvu d’humour.
L’accent est porté sur les œuvres philosophiques d’Édith Stein et sa foi chrétienne, notamment sur son désir d’expiation, pour le refus de son peuple de croire à l’Évangile, pour l’Église infidèle à sa vocation, pour l’Allemagne, et sur sa confiance absolue en la Miséricorde du Christ, qui lui vaudront des critiques parfois violentes, auxquelles Françoise Maffre Castellani répond avec autant de netteté que de conviction.

Françoise Maffre Castellani est née en 1932 à Paris. Agrégée de lettres modernes, elle a enseigné à l’Éducation nationale. Elle est également licenciée en théologie. Sa vie durant, elle est restée marquée par les camps d’extermination. Sa sensibilité à la souffrance juive pendant la Shoah, fait d’elle « un témoin des témoins », non seulement pour les Juifs, sans doute aussi pour beaucoup parmi nous, croyants ou incroyants.
Françoise Maffre Castellani