image 1
image 2
image 3
image 4
image 5
image 6
image 7
image 8

Jean-Louis Delvolvé

Biographie

Jean-Louis Delvolvé est avocat honoraire au barreau de Paris, ancien premier secrétaire de la Conférence des avocats au Conseil d’État et à la Cour de cassation (discours de rentrée : « Le Conseil d’État, gardien des libertés publiques », 1957) ;  ancien premier secrétaire de la Conférence du stage des avocats à la Cour d’appel de Paris (discours de rentrée : « Éloge de Malesherbes », 1959) ; ancien membre du conseil de l’Ordre (1981) ; arbitre international ; ancien président du Comité français de l’arbitrage. Chevalier de la Légion d’Honneur.
Il a publié « Malesherbes », in Actes du colloque « le bicentenaire du procès du roi », Paris, F.X. de Guibert, 1993 ; « Le dernier visage de Malesherbes », in Actes du colloque Malesherbes, Paris, Sorbonne, éd. Koehler, Centre culturel du Panthéon, 1995 ; Éloge de Georges Vedel, Publication de l’Association des Anciens secrétaires de la Conférence des Avocats aux Conseils, Paris 2003 ; French Arbitration Law and Practice (en collaboration, 2e édition), Kluwer Law International, La Haye, 2009 ; Éloge de l’Écrit, Publication de l’Association des Anciens Secrétaires des Avocats aux Conseils, 2010 ; La Cible, roman, L’Harmattan, Paris 2011 ; Le Déjeuner du violoncelle, nouvelles, Édilivre, Paris 2012 ; Saint-Nicolas-de-la-Grave sous la Terreur… Histoire tragique d’un maire guillotiné, Cahiers de la Lomagne, 2014.
Evoquant son roman Le Gerfaut, paraissant en 2014 chez Orizons, Jean-Louis Delvolvé nous dit : « Cherchant depuis longtemps à comprendre le mystère de l’incarnation de la vie dans l’œuvre d’art, j’ai été un jour fasciné par le geste du grand peintre de la femme et de la couleur qui transfigurait, sur la toile, le portrait d’une maîtresse éphémère à travers celui de son inspiratrice et modèle de toujours, qu’il épousera peu après. Rémission après la chute ? Consécration charnelle de la promesse d’amour ?
Il y a tant de chutes chez l’homme, tant de tours abolies, et tant de rémissions possibles, que le rachat par l’œuvre d’art m’a semblé mériter une exploration singulière. Occasion ineffable d’exorciser, en beauté s’il se peut, le mal d’un siècle assombri par la violence, la trahison et la rage de détruire.
Jean-Louis Delvolvé