image 1
image 2
image 3
image 4
image 5
image 6
image 7
image 8

Jacques-Emmanuel Bernard

Biographie

Né en 1962 à Carhaix-Plouguer, au cœur de la Bretagne, Jacques-Emmanuel Bernard a suivi des études de lettres classiques à Rennes, puis à Paris, et a obtenu le doctorat et l’agrégation. En 1992, il se rend au Proche-Orient, à Jérusalem, où il demeure quatre ans. De 1992 à 1994, il donne des cours à l’Université palestinienne chrétienne de Bethléem, sous l’égide du Consulat Général de France à Jérusalem, tout en nouant des liens avec le monde israélien, en particulier par l’intermédiaire des centres d’apprentissage de l'hébreu moderne. En 1995 et 1996, grâce à une bourse du Ministère des Affaires Etrangères, il travaille comme chercheur au Centre de Recherche Français de Jérusalem (CNRS) en historiographie ancienne. Dans le même temps, il donne des cours de rhétorique et de littérature à l’Ecole Doctorale de Jérusalem fondée en Israël par le philosophe Benny Lévy, ancien secrétaire de Jean-Paul Sartre.
En parallèle à ses publications universitaires, nécessairement spécialisées, il s’attache à diffuser savoirs et expériences auprès d’un plus large public. Il a ainsi traduit des textes de l’Antiquité chrétienne (Saint Augustin, Pierre Chrysologue) aux éditions Brépols ; sa traduction de la Conjuration de Catilina de Salluste, parue aux éditions Arléa en 1995, a été lue à l’Auditorium du Louvre en 1996 par la comédienne Emmanuelle Riva. De son expérience au Proche-Orient, il a tiré un récit intitulé Jérusalem, mi-figue, mi-raisin, paru en 2002 dans la collection « Carnets de voyage » aux éditions de l’Aube (réédité en format de poche en 2008). Parler sans préjugé d’une ville où se sont cristalisés tant de conflits de toutes sortes était un défi qu’il a voulu relever, fort de sa fréquentation des différentes populations de la région. Bien accueilli par la presse, notamment par Le Monde des livres, son récit a été salué à sa parution comme un « portrait vivant de la ville écartelée » (S. G., Ulysse) ou encore « un album très réussi de photos-souvenirs littéraires » (Actualités juives hebdo). Dans la même veine, son premier roman, Sous le soleil de Jérusalem, raconte la naissance d’une amitié entre deux adolescents, l’un juif, l’autre arabe.

 
Ouvrages

Jérusalem, mi-figue, mi-raisin, récit, Éditions de l’Aube, 2002 (L’Aube poche, 2008)
Sous le soleil de Jérusalem, roman, coll. «Littératures», Éditions Orizons, 2010.
Jacques-Emmanuel Bernard