image 1
image 2
image 3
image 4
image 5
image 6
image 7
image 8

Ittamar Ben-Avi

Biographie

Ittamar Ben-Avi, est né à Jérusalem sous le nom de Ben-Zion Ben-Yéhuda, le 11 juillet 1882 et est décédé aux États-Unis, le 8 avril 1943. Il est enterré sur le Mont des Oliviers dans le caveau familial.
Il a eu deux filles, Rina et Drora, toutes deux en Israël, où elles ont vécu.
Il a fondé et dirigé de nouveaux grands journaux, en hébreu, et a servi de correspondant régulier à des journaux étrangers.
Il a séjourné à Paris en 1902-1903, puis aux États-Unis, de 1939 à sa mort, en 1943.
La plupart de ses écrits, en hébreu, ont été édités par sa seconde épouse, Hemda Ben-Yéhuda, et sont conservés dans les bibliothèques d’Israël.
Certains de ses écrits ont été rédigés en anglais, notamment : Im shahar Atzmaoutenou (À l’aube de notre indépendance) : Mempirs of the first Hebrew Child, Public Committee for the Publication of Ittamar Ben-Avi’ Writings, 1961.
Ont été publiés en français : Ittamar Ben-Avi, Avi (Mon Père), Jérusa­lem, Hassolel, 1927; La Sauveuse, roman d’amour et de religion. Relations judéo-arabes, Paris, Sion, 1931 ; et L’Enclave, Paris, Rieder, 1931.


Le conflit israélo-palestinien, qui s’insère dans le grand cercle des relations israélo-arabes, est l’un des plus vieux conflits de l’après-guerre. Quelle qu’en a été l’approche, force est de constater l’échec des négociateurs dans leurs tentatives de proposer ou d’imposer une paix contre laquelle travaillent les irrédentistes des deux nationalismes.
L’idée d’une confédération judéo-arabe n’est pas une idée neuve. Elle avait été mise à l’épreuve, au sortir de la Première Guerre mondiale, dans certains cercles sionistes qui réfléchissaient sur les moyens de rendre possible un modus vivendi entre Juifs et Palestiniens. Le livre d’Ittamar Ben-Avi, paru à Paris en 1931, s’inscrit dans la liste de ces think tanks qui ont eu à cœur, comme plus tard « La paix maintenant » dans les années 80 et 90, 20e siècle, ou « JCALL » à partir de la seconde décennie des années 2000 [aux États-Unis et en Europe], de tenter une forme de conciliation entre deux acteurs qui ne se comprennent pas, voire ne veulent pas se comprendre. En exhumant des poussières des bibliothèques l’ouvrage d’Ittamar Ben-Avi, nous apportons un vieux document comme témoin d’un débat tantôt irénique (rarement il faut en convenir), tantôt sanglant.
Ittamar Ben-Avi