..
..
image 1
image 2
image 3
image 4
image 5
image 6
image 7
image 8

Tania Collani – Université de Haute-Alsace (F)

Professeur de littérature italienne, française et helvétique à l’Université de Haute-Alsace, membre de l’ILLE (EA 4363), Tania Collani est spécialiste de la modernité et des avant-gardes européennes – on rappelle ses monographies Le Merveilleux dans la prose surréaliste européenne (Hermann, 2010) et Sogno e letteratura. Poetiche dell’onirismo moderno nei testi e manifesti del primo Novecento (FrancoAngeli, 2016), ainsi que de nombreux articles sur des auteurs comme Carlo Bo, Giovanni Boine, André Breton, Primo Conti, René Crevel, Giorgio De Chirico, Robert Desnos, Curzio Malaparte, Paul Nougé. Dans les dernières années, ses intérêts se sont élargis à la littérature helvétique, notamment la poésie suisse italienne et romande contemporaine. https://uha.academia.edu/TaniaCollani

Tania Collani



Augustin Coly – Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal) 

Docteur de troisième cycle en littérature française et docteur d’État en littérature comparée, Augustin Coly est actuellement maître de conférences au département de Lettres modernes de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il a publié Poétique du Nouveau Roman : Les Gommes et La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet (Éditions universitaires européennes, 2011) et Duplications et variations dans le roman francophone contemporain (L’Harmattan, 2015). Il est également l’auteur de plusieurs articles qui portent essentiellement sur la socio-poétique des textes, les modèles poétiques et les pratiques subversives.

Augustin Coly



Muguras Costantinescu – Université Ştefan cel Mare (RO)

Muguraş Constantinescu est professeur HDR à l’Université « Ştefan cel Mare » de Suceava, Roumanie, où elle enseigne la traductologie. Elle est rédactrice en chef de la revue Atelier de Traduction et directrice de la Collection « Studia doctoralia – francophonie et traductologie ». Elle a publié de nombreux articles et ouvrages sur la traduction dont Lire et traduire la littérature de jeunesse (Editura universităţii din Suceava, 2008), Pour une lecture critique des traductions. Réflexions et pratiques (L’Harmattan, 2013) et La Traduction sous la loupe – lectures critiques de textes traduits (Peter Lang, 2017). En 2019, elle a initié et dirige le projet Une histoire des traductions en langue roumaine – XVIe-XXe siècles, prévu à paraître en quatre volumes.

Muguras Costantinescu



Emilia David – Université de Pise (I)

Emilia David est enseignant-chercheur de langue et la littérature roumaine à l’Université de Pise. Docteur ès lettres à l’Université de Turin (2006) et de Littérature roumaine à l’Université de Bucarest (2015), Emilia David est spécialiste de l’avant-garde italienne et roumaine. Elle a participé à plusieurs projets de recherche (BNF, École Normale Supérieure de Pise), ainsi qu’à de nombreux colloques internationaux (Italie, Suisse et Roumanie). Parmi ses publications : Les Conséquences du bilinguisme dans le théâtre de M. Vişniec (Tracus Arte, 2015), La Poésie de la Génération des années Quatre-vingts : intertextualité et « performance » (Muzeul Literaturii Române, 2016), Avanguardie, nazionalismi e interventismo nei primi decenni del XX secolo (Aracne, 2011), Futurismo, Dadaismo e avanguardia romena : contaminazioni fra culture europee, 1909-1930 (L’Harmattan Italia, 2006).

Emilia David



Maria Pia De Paulis – Université Sorbonne nouvelle (F) 

Maria Pia De Paulis-Dalembert est Professeur de littérature italienne des XXe et XXIe siècles à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses travaux portent entre autres sur le concept de traumatisme historique et leur mise en écriture, la littérature issue de la Grande Guerre, la production policière et les formes hybrides de la littérature des années Deux mille. Parmi ses publications : Curzio Malaparte. Il trauma infinito della Grande Guerra, 2019 ; Cahier de l’Herne Malaparte, 2018 ; Il teatro di Dario Fo tra Storia, politica e società, 2014 ; Histoire et réalités dans le roman policier italien contemporain, 2013 ; Giovanni Papini : culture et identité, 2007. Elle a dirigé, entre autres : Luce d’Eramo. Un’opera plurale crocevia dei saperi (avec Corinne Lucas Fiorato et Ada Tosatti), 2019 ; Il trauma di Caporetto. Storia, letteratura e arti (avec Francesca Belviso et Alessandro Giacone), 2018 ; Curzio Malaparte. Esperienza e scrittura, in « Chroniques italiennes », 1/2018.

Maria Pia De Paulis



Martina Della Casa – Université de Haute-Alsace (F)

Martina Della Casa est Maître de conférences en littérature italienne, générale et comparée à l’Université de Haute-Alsace et membre de l’Institut de recherche en langues et littératures européennes (EA 4363). En 2014, elle a soutenu à l’Université de Bologne la thèse Expériences du sacré et (dé) figurations du Christ. Artaud, Beckett et Pasolini (mention du Prix Pier Paolo Pasolini, 13ème éd., Centro Studi – Archivio Pasolini). Ses recherches actuelles portent sur la problématique du Christ et du christianisme chez d’autres écrivains du XXe siècle, tels qu’André Gide (Prix de la Fondation Catherine Gide du Centre André Gide — Jean Schlumberger, Fondation des Treilles), ainsi que sur la littérature contemporaine en Suisse (italienne et romande) et sur la traduction et la circulation de textes et d’idées en Europe. Elle a édité le volume d’actes André Gide, l’Européen (Classiques Garnier, 2019) et coédité deux volumes collectifs portant sur la poésie contemporaine en Suisse italienne (Attraversare le parole. La poesia nella Svizzera italiana : dialoghi e letture et Prospettive incrociate. La poesia nella Svizzera italiana : dialoghi e letture, SEF, 2016 et 2019) et, chez Orizons, une traduction collaborative en français du recueil La Mezzanotte di Spoleto de Paolo Valesio (2019).

Martina Della Casa



Jennifer K. Dick – Université de Haute-Alsace (F)

Jennifer K. Dick est Maître de Conférences à l’Université de Haute-Alsace et membre de l’Institut de recherche ILLE. Spécialisée en texte et image, elle a fait une thèse sous la direction de Jean Bessière en littérature comparée à l’Université de Paris III − la Sorbonne Nouvelle. En tant que chercheuse, Mme Dick explore des espaces limitrophes entre la poésie et l’art contemporain, la traduction et l’écriture. Elle s’intéresse à la littérature qui transgresse des normes de formes et de pratiques littéraires (à la fois linguistiques et visuelles). Elle a écrit plusieurs articles sur le travail poétique de Jacques Sivan. Pour son HDR, elle prépare un livre d’essais sur l’utilisation de plusieurs langues dans la poésie contemporaine américaine.

Jennifer K. Dick



Bernard Dieterle – Université de Haute-Alsace (F)

Bernard Dieterle est Professeur de littérature allemande et comparée à l’UHA depuis 2007. L’axe central de ses activités de recherche ces dix dernières années est l’histoire culturelle du rêve ; dans ce cadre il codirige avec le collègue Manfred Engel de l’Université de la Sarre un comité de recherche de l’AILC. Sur le plan éditorial, ils éditent (avec deux autres collègues) la revue KulturPoetik depuis vingt ans et dirigeons une collection aux éditions Vandenhoeck & Ruprecht. Ses autres thèmes de recherche concernent des auteurs du symbolisme européen, mais aussi Kafka, la poésie et le cinéma.

Bernard Dieterle



Elena Galtsova Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie IWL RAS / Uni­versité RGGU Moscou (RU)

Elena GALTSOVA, Docteur d’État ès lettres, Directrice de recherche et directrice du Laboratoire « Rossica » à l’Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie, Professeur à l’Université d’État russe des sciences humaines et à l’Université d’État de Moscou Lomonossov. Spécialiste de la littérature et du théâtre français des XIXe-XXIe siècles, des transferts culturels entre la Russie et la France, l’Italie et la Belgique, l’anthropologie culturelle. Auteur de deux monographies : Le Surréalisme et le théâtre. Pour l’esthétique théâtrale du surréalisme français (Moscou, 2012) et L’Œuvre d’André Breton comme une encyclopédie du surréalisme (Moscou, 2019). 

Elena Galtsova



Craig Hamilton – Université de Haute-Alsace (F)

Craig Hamilton est professeur des universités en linguistique anglaise à l’Université de Haute-Alsace depuis 2006, où il donne des cours sur la linguistique cognitive, la stylistique, et l’expression écrite. Il a enseigné à l’Université de Maryland, l’Université de Californie (Irvine), l’Université de Nottingham et l’Université de Paris 8. Il a publié une cinquantaine articles ou chapitres d’ouvrages sur la stylistique anglaise, la rhétorique, et la poétique ; il a aussi donné une cinquantaine de communications aux colloques dans dix pays différents. En 2014, il a contribué à la 3e édition de Persuading People : An Introduction to Rhetoric (Palgrave Macmillan). Il a également eu des bouses lui permettant de faire la recherche à l’École Polytechnique de Paris (1999-2000), à l’Université de Tübingen (2004), à l’Université de Freiburg (2007, 2011) et à l’Université de Birmingham (2012). Aujourd’hui, il continue à travailler sur le langage figuré, mais aussi sur la rhétorique scientifique.

Craig Hamilton



Thomas Hunkeler – Université de Fribourg (CH) 

Thomas Hunkeler est Professeur de littérature française et comparée à l’Université de Fribourg (Suisse). Actuellement, il est président de l’Association suisse de littérature générale et comparée et de la Commission d’experts de Pro Helvetia. Spécialiste des avant-gardes européennes et du théâtre moderne et contemporain, mais aussi de la poésie de la Renaissance, il a publié, entre autres, Échos de l’ego dans l’œuvre de Samuel Beckett (L’Harmattan, 1997) ; Le Vif du sens. Corps et poésie selon Maurice Scève (Droz, 2003) ; Paradoxes de l’avant-garde européenne. La modernité artistique à l’épreuve de sa nationalisation (Garnier, 2014) et Paris et le nationalisme des avant-gardes (Hermann, 2018).

Thomas Hunkeler



Thomas Klinkert – Université de Zurich (CH)

Professeur de Littérature française à l’Université de Zürich depuis 2015, Thomas Klinkert a été auparavant professeur de romanistique à l’Université de Mannheim et à l’Université de Freiburg. On lui doit d’innombrables études sur la littérature française et la littérature italienne, sans oublier son intérêt pour les transferts épistémiques entre les sciences et la littérature − Epistemologie – komparatistische Fallstudien (de Gruyter, 2008), Epistemologische Fiktionen. Zur Interferenz von Literatur und Wissenschaft seit der Aufklärung (de Gruyter, 2010).

Thomas Klinkert



Justyna Łukaszewicz – Université de Wrocław (PL)

Justyna Łukaszewicz, spécialiste de littérature comparée et de traductologie, est Professeur à l’Institut d’études romanes de l’Université de Wrocław, où elle dirige la Section d’italien et la revue Italica Wratislaviensia (ISSN 2084-4514). Elle s’intéresse notamment au domaine du théâtre et aux relations franco- et italo-polonaises au XVIIIe siècle, auxquelles elle a consacré deux monographies, une sur l’œuvre de Goldoni en Pologne au siècle des Lumières (Wrocław, 1997) et l’autre sur les drames de Franciszek Zabłocki en tant que traductions et adaptations (Wrocław, 2006). D’autres travaux qu’elle a publiés portent sur les paratextes de traductions et sur les retraductions.

Justyna Łukaszewicz



Barbara Meazzi – Université de Nice (F)

Barbara Meazzi est Professeure de littérature et civilisation italiennes à l’Université Côte d’Azur. Elle travaille sur le futurisme italien et plus généralement sur les avant-gardes et les néo-avangardes. Elle est l’auteur d’une monographie sur la réception du futurisme en France (Le Futurisme entre l’Italie et la France – 1909-1919, Éditions de l’Université de Savoie, 2010) et a coordonné la publication de plusieurs ouvrages (par exemple L’Autre front / Il fronte interno. Art, culture et propagande dans les villes italiennes de l’arrière (1915-1918), en collaboration avec M. Bertone, Cahiers de la Méditerranée, n° 97, décembre 2018.

Barbara Meazzi



Enrico Monti – Université de Haute-Alsace (F)

Enrico Monti est Maître de conférences en Anglais et Traductologie à l’Université de Haute-Alsace et membre de l’ILLE (EA 4363). Docteur de recherche de l’université de Bologne, il s’est occupé dans ses recherches de traduction de la métaphore, retraduction et littérature américaine contemporaine. Parmi ses publications, on signale la codirection des volumes Autour de la retraduction (Orizons, 2011), Tradurre figure/Translating Figurative Language (Bologna, BUP, 2014) et Traduire à plusieurs/Collaborative translations (Orizons, 2018).

Enrico Monti



Ana Pano – Université de Bologne (I)

Ana Pano Alamán, Docteur ès lettres (Littératures européennes) de l’Université de Bologne, est Maître de Conférences en Langue et Traduction espagnole dans la même université. Ses principaux domaines de recherche sont l’histoire de la traduction littéraire et scientifique, l’analyse linguistique et pragmatique du discours et les humanités numériques. Sur ces sujets, elle a publié de nombreux articles scientifiques et monographies : Dialogar en la Red (2008), Los avatares del Quijote en Europa (2010), Tradurre un classico della scienza (2015), Informatica Umanistica : Risorse e strumenti per lo studio del lessico dei beni culturali (2017), et a tenu des conférences dans plusieurs universités.

Ana Pano



Kalliopi Ploumistaki – Université Aristote Thessaloniki (GR) 

Enseignante à la Section de Littérature du Département de Langue et de Littérature françaises de l’Université Aristote de Thessalonique (Grèce) et titulaire du Doctorat d’Études supérieures européennes (D.E.S.E.), Kalliopi Ploumistaki a suivi des études de sémiotique et de littérature comparée. Ses disciplines enseignées sont la Littérature comparée, la Littérature européenne, la Littérature française, l’Interculturalité, l’Analyse du texte littéraire et la Civilisation française du XXe siècle. Elle a écrit des comptes rendus critiques de livres dans la revue Intertextes, et elle a publié des articles sur le fantastique, les écrivains francophones d’origine grecque et la littérature comparée.

Kalliopi Ploumistaki



Paolo Proietti – Université IULM, Milan (I) 

Paolo Proietti est Professeur de littérature comparée à l’Université IULM de Milan ; il est doyen de la Faculté de traduction et d’interprétation. Il mène des études dans les domaines de l’imagologie, des littératures française, irlandaise et anglaise, de la littérature traduite. Parmi ses dernières publications scientifiques et traductions littéraires on signale : « Gli ‘autori’ del testo tradotto: fra creazione, scrittura e lettura » (in A. Brettoni, E. Pellegrini, S. Piazzesi, D. Salvatori [dirs.], Per Enza Biagini (Florence, UP, 2016), « Imagologia e traduzione : la rappresentazione dell’Altro attraverso il viaggio del testo », (in F. Sinopoli, N. Moll [dirs.]), Interpretare l’immagine letteraria dell’alterità: prospettive teoriche e critiche comparate (Rome, Lithos, 2018), Traduction et édition de M. Desbiolles, La scena (Sellerio, 2018), « La grande tavola del mondo : da La Seiche a La scène di Maryline Desbiolles », in S. Nigro, P. Proietti [dirs.], Paesaggi culturali. Scritti in onore di Gianni Puglisi (Sellerio, 2018). Dans les dernières années, Paolo Proietti explore la littérature suédoise du XXe siècle.

Paolo Proietti



Fabio Regattin – Université d’Udine (I) 

Fabio Regattin, chercheur en langue française et traduction à l’Université d’Udine, en Italie, travaille comme traducteur pour l’édition et pour le théâtre. Il s’intéresse à la traduction sous toutes ses formes. Parmi ses publications récentes, figurent Gli scrittori si traducono (direction, avec Alessandra Ferraro, Emil, 2019), Traduction et évolution culturelle (L’Harmattan, 2018) et Tradurre un classico della scienza (Bononia University Press, 2015, avec Ana Pano Alamán), ainsi que l’édition italienne des pièces de plusieurs auteurs de langue française (Évelyne de la Chenelière, Axelle Maricq, Adolphe Nysenholc, David Paquet, Jacques Sojcher, Boris Vian).

Fabio Regattin



Peter Schnyder – Université de Haute-Alsace / Fondation Catherine Gide (F/CH) 

Peter Schnyder, Professeur émérite de littérature française et européenne à l’Université de Haute-Alsace (Mulhouse), membre de l’ILLE, Institut de recherche en langues et littératures européennes, directeur de collection et président de la Fondation Catherine Gide. Ses thèmes de recherche, qui ont donné lieu à de nombreuses publications en volume ou en revue et des éditions diverses, sont la littérature (et spécialement la poésie française et francophone) de la fin du XIXe et du XXe siècle, la question de l’interculturalité et de la traduction littéraire ainsi que l’étude d’André Gide et de quelques-uns de ses contemporains.

Peter Schnyder



Anna Paola Soncini – Université de Bologne (I)

Anna Paola Soncini, après avoir reçu une formation internationale (Moyen-Orient, Belgique, Italie), vit en Italie et enseigne la Littérature française et francophone à l’Université de Bologne. Spécialiste de la littérature belge d’expression française, elle est responsable du Centre belge pour la recherche et promotrice de colloques et publications en ce champ.  Elle est Officier de l’Ordre de la Couronne de Belgique et elle a obtenu le Prix du Rayonnement des Lettres belges. Ses responsabilités scientifiques sont nombreuses ; elle s’est également engagée dans des projets européens (Master Erasmus Mundus en Cultures littéraires européennes, et Doctorat d’études supérieures européennes). Elle est Docteur Honoris Causa de l’Université de Haute-Alsace et de l’Université de Tbilissi (Géorgie).

Anna Paola Soncini

Walter Zidarič – Université de Nantes (F)

Walter Zidarič est Professeur des universités en Littérature et Civilisation italiennes à l’Université de Nantes. Auteur de plusieurs ouvrages, en italien et en français, parmi lesquels L’Univers dramatique d’Amilcare Ponchielli (Paris, 2010), Fonti e influenze italiane per libretti d’opera del ‘900 e oltre (Lucca, 2013), Tutto il teatro di Ercole Luigi Morselli (Rome, 2017), Tutte le opere in prosa di Ercole Luigi Morselli (Turin, Aragno, 2019). Il a aussi publié de nombreux volumes d’actes de colloques internationaux et plusieurs dizaines d’articles dans différentes revues. Il codirige la collection Studi d’italianistica nel mondo, éditée par les Presses universitaires de Louvain (PUL). Il est aussi librettiste avec Lars Cleen : lo straniero – le livret a été publié dans Pirandello oggi / Pirandello aujourd’hui (Pesaro, Metauro, 2017) – pour la musique de Paolo Rosato (représenté au Théâtre Metropolia de Helsinki les 2 et 3 octobre 2015), tiré de la nouvelle Lontano de Luigi Pirandello, et Orione, à partir du drame homonyme de Ercole Luigi Morselli, pour la musique de Simone Fermani. Il vient de publier sous forme de e-book sa première pièce Io, da qui, non me ne vado, librement inspirée de la vie et des œuvres de Ercole Luigi Morselli. http://lamo.univ-nantes.fr/CV-Walter-Zidaric

Walter Zidarič
close
..