image 1
image 2
image 3
image 4
image 5
image 6
image 7
image 8

Arnaud Rykner

Biographie

Arnaud Rykner est né en 1966. Après des études à l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm) et l’agrégation de Lettres Modernes, il enseigne à la Sorbonne puis à l’Université de Caen et l’Université de Toulouse, où il dirige le laboratoire LLA CREATIS (Lettres, Langages et Arts) de 2002 à 2011. Nommé professeur en 2000, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France (promotion 2002-2007), il rejoint la Sorbonne Nouvelle en 2011. Son premier essai (Théâtres du Nouveau Roman. Sarraute, Pinget, Duras) a été publié en 1988 chez José Corti. En 1991, il fait paraître aux éditions du Seuil, dans la collection « Les contemporains » dirigée par Denis Roche, une monographie consacrée à Nathalie Sarraute, qui sera complétée et rééditée en grand format en 2002. En 1991 également, il commence l’édition des pièces du même auteur dans la collection Folio puis en Pléiade. Parallèlement il publie, aux éditions José Corti, L’Envers du théâtre. Dramaturgie du silence de l’âge classique à Maeterlinck (1996, prix Georges Jamati), Paroles perdues. Faillite du langage et représentation (2000), Pans. Liberté de l’œuvre et résistance du texte (2004), ainsi que Maurice Maeterlinck (éditions Memini, collection « Bibliographie des écrivains français », 1998) et Les Mots du théâtre (Presses Universitaires du Mirail, 2010). Il a dirigé également plusieurs volumes collectifs (Nathalie Sarraute et la représentation, en co-direction avec M. Gosselin-Noat, 2005), Pantomime et théâtre du corps. Transparence et opacité du hors-texte (2009), Entre code et corps : tableau vivant et photographie mise en scène, en co-direction avec C. Buignet (2012).

A côté de son travail universitaire et théorique, Arnaud Rykner mène, chaque fois qu’il le peut, une activité de metteur en scène et d’écrivain. Après avoir été, de 1989 à 1995, assistant et dramaturge de Claude Régy (avec qui il a co-traduit notamment La Terrible Voix de Satan de Gregory Motton – Christian Bourgois, 1994), il a mis en scène des textes de Nathalie Sarraute (Tropismes I et II, 1994 et 1995), Dominique Hubin (Aucun regard, 1999), Maurice Maeterlinck (Les Aveugles, 2001), Koltès (Dans la solitude des champs de coton, 2010), à Paris, Strasbourg (Maillon) ou Toulouse (Théâtre National de Toulouse et Théâtre du Pavé). En 2010, il a  publié sa première pièce, Pas savoir, aux éditions Les Solitaires Intempestifs, précédée d’une préface de Claude Régy. Romancier, il a publié à ce jour sept romans aux éditions du Rouergue, dont deux ont été repris en poche chez Actes Sud : Mon Roi et moi (1999), Je ne viendrai pas (2001), Blanche (2004), Nur (2007 ; rééd. coll. « Babel », 2008), Enfants perdus (2009), Le Wagon (2010, prix Jeand’heurs ; rééd. coll. « Babel », 2013) et La Belle Image (2013). Lignes de chance est également paru en 2012, mis en images par Franck Secka. Mon Roi et moi et Enfants perdus ont fait l’objet d’adaptation pour le théâtre, notamment par La Compagnie des Limbes (Romain Jarry et Loïc Varanguien de Villepin). J’appelle, fiction radiophonique, a par ailleurs été diffusé par France-Culture en 2002, dans une réalisation de Blandine Masson.

Ses textes ont fait l’objet de lectures publiques par Daniel Mesguich, Anne Alvaro, Axel Bogousslavsky, Marianne Denicourt, Vanda Benès, Nathalie Andrès, Sylvie Maury, Cécile Bouillot…

En 2010-2011, Hervé Gouault et Chris Thorpe lui ont consacré un documentaire de 52 mn, Arnaud Rykner ou le silence des mots (ColombierPictures, 2012).

 

Arnaud Rykner